Le Groupe d'Australie

Lutter contre la prolifération des armes chimiques et biologiques. Renforcer la sécurité mondiale

Assemblée plénière 2004 du Groupe de l’Australie

Le Groupe de l’Australie a tenu son assemblée plénière annuelle du 7 au 10 juin à Paris pour renforcer les mesures de contrôle des exportations des pays participants visant à prévenir la production et la dissémination d’armes chimiques et biologiques.

Le Groupe de l’Australie a accueilli cinq nouveaux membres : l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la République de Malte et la Slovénie. Tous les nouveaux membres ont participé à l’assemblée plénière de 2004, augmentant ainsi la portée des activités du Groupe.

Les importants développements en matière de non-prolifération mondiale d’armes d’extermination massive constituaient la toile de fond de l’assemblée plénière de 2004, notamment la décision de la Libye de renoncer à son programme d’armes chimiques, la révélation du réseau de prolifération Khan et l’adoption à l’unanimité de la résolution 1540 du Conseil de sécurité de l’ONU. La résolution demande aux États membres d’établir, parmi les mesures de non-prolifération, des mesures de contrôle nationales efficaces visant les exportations. Les travaux du Groupe de l’Australie joueront un rôle clé dans les efforts déployés à l’échelle internationale pour mettre en œuvre la résolution 1540 du Conseil de sécurité de l’ONU.

Dans ce contexte, les participants ont pu observer une acceptation croissante des mesures du Groupe de l’Australie comme références internationales en matière de contrôle des exportations visant les armes chimiques et biologiques, une acceptation due en grande partie aux activités continues de relations externes du Groupe. C’est ainsi que les participants ont convenu de stratégies pour une formation et une assistance mieux ciblées, surtout à l’échelle régionale, afin d’aider les principaux pays fournisseurs et transbordeurs et d’autres pays intéressés à l’extérieur du Groupe à accroître leurs contrôles à l’exportation.

Compte tenu des activités d’approvisionnement de plus en plus perfectionnées, le Groupe de l’Australie a accepté de se pencher sur la question du contrôle des services de courtage. De tels contrôles pourraient en effet contribuer à restreindre les activités des intermédiaires et des sociétés de façade.

Parmi les efforts du Groupe visant à maintenir la pertinence et l’actualité de ses listes communes de produits réglementés, les participants ont convenu d’ajouter cinq végétaux pathogènes aux listes de produits réglementés, le premier ajout depuis 1993, et d’élargir les exemptions médicales s’appliquant à l’une des toxines réglementées. Ils se sont également penchés sur des produits qui pourraient être ajoutés aux listes, dont les systèmes de pulvérisation et de nébulisation aériennes capables de disperser des agents biologiques sous forme d’aérosol.

Les discussions sur l’échange d’information et l’application de la législation ont permis de mieux comprendre le comportement des acteurs étatiques et non étatiques en matière de prolifération, ainsi que les mécanismes permettant de mieux appliquer les mesures de contrôle des exportations.

La prochaine assemblée plénière de Groupe de l’Australie, qui marquera son vingtième anniversaire, se tiendra en Australie, en 2005.