Le Groupe d'Australie

Lutter contre la prolifération des armes chimiques et biologiques. Renforcer la sécurité mondiale

Assemblée plénière 2005 du Groupe d'Australie

Pour souligner son vingtième anniversaire, le Groupe d'Australie a tenu pour la première fois son assemblée plénière annuelle en Australie, à Sydney, du 18 au 21 avril. Les participants de l'assemblée, ouverte par le ministre australien des Affaires étrangères, Alexander Downer, ont souligné le rôle vital qu'a joué le Groupe au cours des vingt dernières années pour freiner la diffusion des armes chimiques et biologiques et réduire à certains égards la menace de prolifération de telles armes. Les participants se sont également entendus sur d'importantes nouvelles mesures visant à accroître le contrôle à l'exportation dans les pays membres afin de prévenir l'acquisition et l'utilisation des armes chimiques et biologiques et se sont donné un programme orienté vers l'avenir pour affronter les nouveaux défis et les problèmes en émergence, dont le terrorisme.

Le Groupe d'Australie a accueilli l'Ukraine parmi ses membres, ce qui porte le nombre de participants à 39 pays, plus la Commission européenne. Forte de son important secteur de fabrication de produits chimiques, l'Ukraine apportera une contribution précieuse à l'efficacité du Groupe.

La reconnaissances des mesures de contrôle du Groupe d'Australie comme référence internationale s'est grandement accrue au cours de la dernière année. C'est d'ailleurs en raison de cette considération que les participants ont accueilli avec satisfaction la récente déclaration d'Israël qui a annoncé son adhésion aux lignes directrices du Groupe, ce que le Groupe encourage tous les pays à faire de façon volontaire. Afin de favoriser l'adhésion aux mesures du Groupe d'Australie, les participants ont élaboré des stratégies d'information fondées sur des approches régionales. Ils ont également réitéré leur volonté d'aider les pays à s'acquitter de leurs obligations énoncées en conformité à la Résolution 1540 du Conseil de sécurité des Nations unies concernant la mise en place de mesures efficaces de contrôle à l'exportation.

En réponse aux préoccupations à l'égard de l'intérêt des terroristes pour le matériel de diffusion d'agents biologiques, les participants ont convenu d'ajouter les pulvérisateurs d'aérosols présentant le plus de risques à la liste des matériels biologiques devant être contrôlés à l'exportation. Les mesures de contrôle actuelles à l'égard des pompes et des organismes génétiquement modifiés ont été modifiées de façon à faciliter leur exécution et à aider les exportateurs à mieux comprendre leurs obligations. Dans le cadre des efforts du Groupe visant à ce que les listes d'agents et de matériels réglementés à l'exportation soient à jour et valables sur le plan scientifique, les participants ont également décidé d'examiner la possibilité d'ajouter jusqu'à 25 agents biologiques aux listes.

Afin d'accroître la rapidité et l'efficacité de la diffusion de l'information entre les participants, le Groupe d'Australie a mis sur pied un système électronique sécurisé permettant l'échange d'information entre les participants. Le Groupe a également convenu d'ajouter des renseignements pratiques sur la mise en place des mesures de contrôle à l'exportation et de traduire son site Internet dans les langues officielles de l'ONU.

Le Groupe d'Australie a convenu de sonder les participants au sujet de la réglementation des services de courtage dans le but d'élaborer des lignes directrices sur les pratiques exemplaires. Un contrôle plus strict des services de courtage et des autres types de services d'intermédiaire aidera les participants à mettre fin aux activités d'approvisionnement, comme celles que menait jusqu'à tout récemment le réseau d'Abdul Qadir Khan.

Les discussions sur la diffusion de l'information et l'application de la loi ont permis de mieux comprendre le comportement des États et des agents non étatiques en ce qui concerne la prolifération des armes chimiques et biologiques, de même que les moyens pratiques d'y faire face. Un exercice de type documentaire en temps réel à l'intention des responsables de l'application de la loi, faisant intervenir certaines des mesures abordées au cours de l'assemblée plénière, a été organisé par le service des douanes de l'Australie le 22 avril.

Le Groupe d'Australie s'est fixé donné un programme pro-actif ciblé afin d'améliorer son rôle de « rempart international » contre la propagation des armes chimiques et biologiques en application de la Convention sur les armes biologiques et de la Convention sur les armes chimiques. Le Groupe compte donner un angle plus « pratique » aux stratégies d'information, combattre le terrorisme à l'aide de meilleures activités de sensibilisation et de mesures de contrôle plus strictes à l'endroit des sources, contrôler les services de courtage et d'intermédiaire et examiner les nouvelles technologies qui pourraient servir à la mise au point d'armes chimiques ou biologiques.

Les participants se sont également engagés à continuer de faire le nécessaire pour que le contrôle à l'exportation visant à empêcher la prolifération des armes chimiques et biologiques ne nuise pas au commerce légitime et à la coopération technologique dans les secteurs chimique et biologique.

Les participants ont remercié l'Australie d'avoir si bien présidé le Groupe ces vingt dernières années.

Pour de plus amples renseignements sur les activités du Groupe, consulter le site Web du Groupe d'Australie, à www.australiagroup.net.